ENTENDEZ-VOUS L'APPEL DU DEHORS ?

by - April 21, 2020



De ma fenêtre, je peux voir et sentir que tu t'éveilles, j'entends ton appel et il me languit de te retrouver enfin ma chère vieille amie...

La Nature a une place essentielle dans ma vie, son observation et son étude ont été une part intégrante de mon éducation et j'ai passé la plupart de mon enfance à l'extérieur. Mes grands-parents, bien que parisiens, passaient 6 mois de l'année à la campagne, en pleine Corrèze et j'ai eu la chance de vivre une enfance libre à courir dans les bois, les prés, à me baigner dans de grands lacs, à cultiver fruits et légumes dans leur potager, à observer la faune et la flore environnante, à vivre au rythme des saisons et de l'horloge du salon, à faire de longues siestes sous de grands arbres feuillus, à écouter le chants des oiseaux, des grenouilles ou du ruisseau ...
Le reste du temps, je vivais dans le Sud où ma mère nous emmenait fouler les sentiers de GR, nous marchions alors au coeur de la Garrigue, bercés par le chant des cigales et les odeurs de romarin, puis nous nous rafraîchissions dans les eaux claires du Gardon ou partions profiter de la chaleur et tranquillité de la Méditerranée, en traversant la Petite Camargue où couraient taureaux et chevaux sauvages, cette terre rose de sel et d'oiseaux qui est restée à jamais ancrée dans ma peau ...
Une enfance sauvage, un véritable bonheur, c'est quand je suis dehors que j'ai véritablement l'impression de VIVRE.


Nos enfants ne connaissent pas la même chose. Ils ont passés une grande partie de leur existence au bord de l'océan, ils y sont nés, s'y sentent chez eux et vivent une expérience naturelle très différente de la mienne. La leur est faite de petites et grandes marées, de dunes sauvages, pins parasol, coquillages, puces de sable, bernard l'hermites, poissons, méduses et étoiles de mer ...
Là où nous nous trouvons en ce moment, la campagne n'est pas aussi verdoyante, belle, sauvage et généreuse que celle de Corrèze, ni aussi vide d'hommes, mais nous faisons notre possible pour profiter pleinement de celle qui nous est offerte.


En cette période de confinement j'ai entendu tout et n'importe quoi sur l'enfant sans école, comme si sa vie ne se résumait qu'à cette dernière, comme si en dehors, entouré des siens, il n'apprenait rien et tombait soudain dans un gouffre d'ignorance et de stupidité.
Souvenons-nous donc de notre propre enfance, à mes yeux bien plus libre et sauvage, de nos besoins et envies au même âge.
Pour moi, l'enfant d'aujourd'hui est trop éloigné de l'essentiel, trop occupé, on ne lui laisse plus de temps pour la contemplation, qui pourtant est si formatrice.
Car oui, en observant la coccinelle grimper en haut d'un brin d'herbe verte, les têtards danser dans la mare, le bourdon butiner, la fleur pousser ou les nuages se déplacer en prenant toutes sortes de formes imaginaires, l'enfant observe, s'ouvre à ce monde qui l'entoure et apprend tant de choses essentielles.
Car oui, en laissant son esprit vagabonder, son imagination éclot et laisse place à sa propre créativité.
Toutes les grandes découvertes de ce monde sont nées de l'observation et de l'expérimentation.

"We must teach our children

To smell the earth,
To taste the rain,
To touch the wind,
To see things grow,
To hear the sun rise
And night fall,
To care."

John Cleal

Dans cette famille, c'est quand nous crapahutons ensemble au coeur de paysages variés et magnifiques que nous sommes les plus heureux.


Entendre l'appel du dehors c'est embrasser pleinement la vie et quelle joie ce sera de pouvoir à nouveau explorer, découvrir et sentir la Nature, elle qui caresse notre âme, nous rend paisible et nous donne un véritable sentiment d'accomplissement.



You May Also Like

0 comments

Leave us a comment here if you would like, we will read it !